Taxe sur les transactions financières: "oui" à Paris, "nein" à Berlin | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Patrimoine

Taxe sur les transactions financières: "oui" à Paris, "nein" à Berlin

Jeudi 09 Jun 2011 à 18:36

Le couple franco-allemand s'est divisé jeudi lors d'un débat simultané à Paris et Berlin sur un projet de taxation des transactions financières, que l'Assemblée nationale devrait adopter alors que le Bundestag a sèchement renvoyé le dossier en commission.

A Paris, l'adoption devrait être unanime mardi prochain, puisque le gouvernement et sa majorité UMP soutiennent la "proposition de résolution européenne" proposée conjointement par le PS et le SPD.

Au nom du gouvernement, Pierre Lellouche (Commerce extérieur) a déclaré que le président Nicolas Sarkozy soutenait l'idée de "financements innovants" pour la lutte contre la pauvreté et le réchauffement climatique en Afrique, dans le cadre de la présidence du G20.

Le ministre a ensuite émis une série de remarques sur la taxe, tout en la soutenant: définition de l'assiette, du taux, affectation de son produit, étude d'impact de la Commission européenne, évaluation des risques pour la compétitivité des places européennes...

"Le temps des velléités doit céder la place à celui de la volonté", a lancé le président du groupe PS à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, par ailleurs professeur d'allemand de formation.

M. Ayrault et le rapporteur, Pierre-Alain Muet (PS), estiment que la taxe pourrait rapporter 200 milliards annuels en Europe, dont 12 en France et plus de 20 en Allemagne.

Les députés PS devraient mêler mardi leurs voix à celles de l'UMP, malgré un amendement UMP qui salue l'action du président Sarkozy et de la chancelière Angela Merkel en faveur de cette taxe au sein du G20.

Aucune unanimité en revanche à Berlin, où la majorité CDU/CSU a obtenu le renvoi en commission des finances du projet de taxe.

Mme Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schaüble sont pourtant favorables au principe. M. Schaüble avait même inscrit le produit éventuel de cette taxe dans ses prévisions budgétaires, en tablant sur une recette de deux milliards par an à partir de 2012. Le ministère allemand des Finances vient toutefois de supprimer cette recette fictive de ses calculs, au nom du "réalisme".

"C'est une proposition pour la galerie, que nous ne soutiendrons pas", a critiqué en séance Hans Michelbach, député de la CSU, parti cousin en Bavière de la CDU de Mme Merkel. "Jeter ainsi un chiffre de 0,05%, sans étude poussée au préalable, est une preuve d'incompétence".

Il a aussi jugé que la taxe ne serait envisageable que si elle faisait l'objet d'un consensus "de tous les pays de l'UE ou au moins de la zone euro", ce qui est loin d'être le cas.

Volker Wissing, porte-parole pour les affaires financières du groupe libéral FDP, a, lui, estimé que le SPD était tenté "de reprendre le chemin de la lutte des classes".

"Nous ne voulons plus nous contenter de déclarations d'intention des partis au pouvoir", avait prévenu le vice-président du groupe SPD Joachim Poss, regrettant qu'"à l'exception de quelques courriers (adressés à la Commission européenne par Paris et Berlin) il ne se passe plus rien depuis 12 mois".

"On ne peut pas toujours vanter la coopération entre la France et l'Allemagne et estimer aujourd'hui que le débat à Paris n'est qu'une musique de fond", a ajouté le député Vert Gerhard Schick, regrettant l'enterrement de fait de cette initiative franco-allemande.

Sur le front associatif, l'association One fondée par le chanteur Bono a jugé "essentiel que les ressources provenant d?une telle taxe aillent en grande partie au financement du développement et à la lutte contre le changement climatique".

Oxfam-France a souhaité "une initiative" dans la préparation du budget 2012 en France si la taxe n'était pas en place à l'automne.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
ISF: le gouvernement Fillon "à la...
Article Suivant :
Assurance-vie: Afer demande le...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Patrimoine' »




Mots-clés : Euro   G20   Nicolas sarkozy   Sarkozy   Zone euro   Taxe   Nein   Climatique   Ayrault   Schauble  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?