A suivre aujourd'hui... PERNOD RICARD | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

A suivre aujourd'hui... PERNOD RICARD

Jeudi 05 Mai 2011 à 08:22

Pernod Ricard a publié un chiffre d'affaires de 1,620 milliard d'euros au troisième trimestre, en hausse de 5% en données publiées et également en croissance organique. Sur les neuf premiers mois de l'exercice, le chiffre d'affaires ressort à 5,902 milliards d'euros, en hausse de 11% à données publiées et de 7% en organique. Outre la croissance interne, le groupe a bénéficié d'un effet devises de + 7% lié à la hausse du dollar américain. En revanche, il a subi un effet périmètre négatif de 3% principalement d- aux cessions de certains actifs scandinaves, espagnols et néo-zélandais.

Le groupe a confirmé ses objectifs de croissance interne de son résultat opérationnel courant proche de 7% pour l'ensemble de son exercice 2010-2011 et d'un ratio de dette nette sur Ebitda proche de 4 au 30 juin 2012.

AOF - EN SAVOIR PLUS

=/Les points forts de la valeur/=

- Pernod-Ricard est le co-leader mondial, avec Diageo, des vins et spiritueux ;

- Le groupe a su attendre le bon moment pour racheter les bonnes cibles (Seagram, Allied Domecq) et passer d'un statut franco-français à celui d'un leader mondial ;

- La montée en gamme de son portefeuille, avec le développement de ses produits premium, lui permet de bien résister dans un contexte de crise et de profiter de la croissance dans les pays émergents ;

- Pernod Ricard revendique aujourd'hui la place de leader dans la catégorie des super et ultra-premium ;

- Le groupe déploie une nouvelle organisation de son portefeuille de 15 marques phares, désormais segmenté en quatre catégories : trois dans les spiritueux, dont une qui regroupera les icônes Chivas et Absolut, et une dans les vins ;

- Le groupe défend avec force le positionnement de ses marques avec des dépenses publi-promotionnelles qui demeurent à un niveau élevé ;

- Le groupe profite du dynamisme des marchés émergents, qui représentent désormais un tiers du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel ;

- La récente attribution d'actions gratuites est non seulement une bonne nouvelle pour les actionnaires, mais elle souligne aussi la confiance en l'avenir de l'entreprise.

Les points faibles de la valeur/=

- Pernod-Ricard réalise une part importante de son activité en Europe (41% du CA) et aux Etats-Unis (27% du CA) où la croissance s'annonce structurellement plus faible dans les années à venir ;

- Les analystes considèrent le titre correctement valorisé au regard des incertitudes qui pèsent sur la reprise ;

- La stratégie de « premiumisation » des marques suscite quelques interrogations ;

- L'actionnariat familial limite le caractère spéculatif du dossier ;

- Malgré la politique de désendettement, la dette nette reste élevée ;

- Pernod Ricard n'a gagné « que » 15% en 2010. Le titre affiche un retard de valorisation par rapport à Rémy Cointreau qui a bondi de 40%. L'écart s'est encore creusé au premier trimestre 2011.

Comment suivre la valeur

- Les deux tiers de l'activité et des profits sont réalisés sur le premier semestre (juillet-décembre), le quart de l'activité étant même réalisé en décembre ;

- Le groupe est fortement dépendant du billet vert, devise dans laquelle est réalisée la majeure partie des profits. Une variation de 1% du dollar par rapport à l'euro a un impact positif de 12 millions d'euros sur le résultat opérationnel ;

- Le Japon représente moins de 2% des profits et l'impact du tremblement de terre et du tsunami restera négligeable à l'échelle du groupe ;

- La poursuite des synergies dans les prochains mois du fait de l'intégration de V&S est à suivre ;

- Suivre également le processus de cession des activités non stratégiques ;

- Les prévisions et commentaires de Diageo sont à surveiller ;

- L'exercice du groupe est décalé avec une clôture des comptes le 30 juin. L'assemblée générale a lieu généralement en novembre.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Agroalimentaire

L'envolée du prix des matières premières est le principal défi à relever par les industriels en 2011. Nestlé estime que cette tendance entraînera des coûts supplémentaires à hauteur de 2,5 à 3 MdCHF en 2011. Plusieurs leviers d'action existent. Danone a ainsi annoncé, pour la France, une hausse du prix de ses yaourts comprise entre 2 et 2,5%. Nestlé va, lui, revoir les formulations de certains produits afin de réduire la proportion des matières premières dont le coût s'accroît. Les réductions de coûts représentent un autre levier d'action. Le groupe suisse a déjà réalisé l'an passé des gains d'efficacité opérationnelle de plus de 1,5 MdCHF. Mais les plus petites structures, qui disposent d'une marge de manoeuvre plus limitée, sont moins bien loties. Bonduelle anticipe un recul de son résultat opérationnel pour l'exercice 2010-2011, clos fin juin, même si celui-ci s'annonce moins important qu'initialement anticipé. Le renchérissement des cours des principales céréales va peser sur sa rentabilité.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
PERNOD RICARD : croissance de 5% au...
Article Suivant :
SOCIETE GENERALE manque le consensus...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Crise   Dollar   Etats unis   Euro   Euros   Ra  
Sociétés citées dans cette news : Nestlé   Bonduelle   Danone   Pernod Ricard   Rémy Cointreau   Diageo  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?