Espionnage: Renault aurait été victime d'une manipulation, selon son DG (presse) | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Espionnage: Renault aurait été victime d'une manipulation, selon son DG (presse)

Mercredi 02 Mar 2011 à 22:00

Le directeur général de Renault, Patrick Pelata, a indiqué que le constructeur automobile avait sans doute été victime d'une "manipulation" dans l'affaire d'espionnage présumé le concernant, lors d'un entretien lundi à Matignon, a affirmé mercredi Libération sur son site internet.

A sa demande, M. Pelata a été reçu par le directeur du cabinet de François Fillon, Jean-Paul Faugère, selon Matignon. Dans un courrier daté de mercredi et adressé au directeur général du groupe, M. Faugère exprime par ailleurs le souhait que "la lumière puisse être faite le plus rapidement possible sur cette affaire préoccupante afin que la justice puisse se prononcer".

"La plainte que vous avez déposée le 13 janvier 2011 fait (...) l'objet d'une enquête préliminaire sous l'autorité du parquet de Paris. J'ai pris bonne note des éléments d'information complémentaires que vous venez de transmettre à celui-ci", note encore Jean-Paul Faugère dans cette lettre dont l'AFP a obtenu copie.

Selon Libération, lors de l'entretien de lundi, Patrick Pelata, qui s'est également entretenu avec le ministre de l'Industrie Eric Besson, a indiqué que le groupe "envisageait désormais avoir été victime d'une manipulation".

"Renault soupçonne en effet que deux des trois cadres ne disposeraient pas de comptes à l'étranger et auraient donc été victimes d'un règlement de comptes interne", ajoute le journal.

En revanche, "le constructeur continue à soupçonner le troisième, probablement Michel Balthazar, membre du comité de direction, qui aurait bien reçu de l'argent sur un compte bancaire à l'étranger", toujours d'après Libération.

De son côté, Eric Besson a également "confirmé" avoir reçu M. Pelata.

"Je l'ai reçu lundi après-midi à sa demande et il a fait le tour de toutes les questions d'actualité qui concernent Renault", a-t-il précisé.

"Nous avons parlé de questions industrielles bien sûr d'abord", a-t-il ajouté et "il m'a fait le point sur la vision qu'a Renault de l'enquête en cours, la vision du côté de Renault".

"Vous comprendrez que je ne peux faire aucun commentaire, d'autant que la justice est saisie, qu'il y a des enquêtes en cours", a-t-il dit.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de Renault a pour sa part indiqué qu'il y avait "plusieurs hypothèses: soit les commissions rogatoires reviennent et il y a des comptes en Suisse et au Liechtenstein", soit "les commissions rogatoires sont vides et dans ce cas on souhaite savoir ce qui s'est passé".

"Si on a été victime d'autre chose, effectivement ça peut être une manipulation", a-t-elle reconnu, en ajoutant qu'en "aucun cas on aurait dit que deux des trois cadres ne disposent pas de comptes à l'étranger".

L'affaire d'espionnage industriel chez Renault a éclaté début 2011 avec la mise à pied puis le licenciement de trois cadres haut placés, à la suite d'une enquête interne consécutive à l'envoi de courriers anonymes.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris en janvier après la plainte contre X déposée par Renault notamment pour vol en bande organisée et confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Les cadres licenciés sont soupçonnés d'avoir touché des pots-de-vin via des comptes bancaires en Suisse ou au Liechtenstein. Une source judiciaire a indiqué mardi à l'AFP que le parquet s'attend à obtenir d'ici 8 à 10 jours des réponses sur l'existence éventuelle de ces comptes.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Affecté par des dépréciations, le...
Article Suivant :
Crédit Foncier voit son bénéfice...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Renault   Manipulation   Pelata   Justice   Besson  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?