GDF SUEZ se retire du projet de réacteur EPR de Penly | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

GDF Suez (ENGI) FR0010208488


€ 23.425  -0.34%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

GDF SUEZ se retire du projet de réacteur EPR de Penly

Jeudi 23 Sep 2010 à 08:34

GDF Suez a décidé de se retirer du projet de réacteur nucléaire EPR de Penly, selon « Les Echos » qui cite des sources concordantes mais anonymes. Le groupe souhaitait être reconnu en tant qu'exploitant afin de gagner en reconnaissance à l'international, mais l'Etat en a décidé autrement. Dans le courrier adressé au Premier ministre, François Fillon, le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a maintenu sa proposition de construire un réacteur Atmea dans la vallée du Rhône.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

EPR : Réacteur nucléaire à eau pressurisé. Réacteur européen de la dernière génération ( dite génération 3) né d'une collaboration franco-allemande, offrant des évolutions sur les plans de la s-reté, de l'ENVIRONNEMENT et des performances techniques.

Les points forts de la valeur

- GDF Suez est le premier opérateur gazier en France.

- Le rapprochement des activités non européennes avec celles d'International Power en fait également le plus grand exploitant de centrales électriques dans le monde, très implanté dans les zones en forte croissance (Moyen-Orient, Amérique latine, Asie). C'est aussi le deuxième producteur mondial d'électricité.

- La diversité de ses métiers, sur l'ensemble de la chaine énergétique, ainsi qu'un modèle économique qui combine activités régulées et concurrentielles, assurent une certaine visibilité des résultats.

- Le groupe s'est fixé un plan d'investissements ambitieux, qu'il met méthodiquement en oeuvre.

- Le groupe bénéficie d'un bilan solide, qui le met à l'abri de cessions d'actifs dans l'urgence ou d'opérations de recapitalisation, le point faible de beaucoup de ses concurrents.

- L'action offre un rendement élevé (environ 6%).

=/Les points faibles de la valeur/=

- Le groupe est très dépendant de son marché domestique.

- L'environnement va rester difficile cette année. En conséquence, les objectifs ambitieux qui avaient été fixés pour 2011, à savoir essentiellement un Ebitda de 17 à 18 milliards d'euros, ont été reportés.

- On assiste à une décorrélation nouvelle des prix du gaz et du pétrole : alors que les cours du pétrole sont remontés, les prix du gaz restent déprimés, du fait de la faiblesse de la demande et de la mise en service de nouvelles capacités de production.

- GDF Suez pâtit d'un retard dans le nucléaire par rapport à EDF, qui a quatre à cinq ans d'avance sur ses concurrents.

- Un risque politique est attaché au titre car les tarifs de gaz pratiqués par le groupe dépendent des décisions de l'Etat français.

Comment suivre la valeur

- GDF Suez fait partie du secteur des « utilities », traditionnellement sensible à l'évolution des taux d'intérêt.

- C'est une valeur considérée comme défensive, grâce à la régularité de ses résultats et à son modèle économique.

- Les performances de GDF Suez sont liées à l'évolution des prix du gaz, eux-mêmes dépendants du fioul domestique, du fioul lourd, du Brent et de la parité de change euro/dollar.

- La formule d'indexation des coûts d'approvisionnement de GDF Suez fait l'objet d'un audit régulier.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Services aux collectivités

Le projet de loi « Nome » («nouvelle organisation du marché de l'électricité») a été adopté le 15 juin 2010 par l'Assemblée nationale. Il soulève une forte résistance d'EDF, qui doit céder 20% de sa production à la concurrence. L'objectif est d'assurer le nouvel équilibre du système électrique français, principalement au bénéfice des concurrents d'EDF. Ces derniers devraient pouvoir revendre de l'électricité en France sans perdre de l'argent. Ce n'est actuellement pas le cas pour Poweo et Direct Energie par exemple. Ils ne peuvent pas, pour le moment, produire ou acheter de l'électricité à un prix inférieur au tarif réglementé appliqué aux particuliers. Ces opérateurs promettent en échange de proposer des services innovants, permettant notamment de maîtriser la consommation d'électricité. Le président d'EDF, Henri Proglio, prévient, lui, que la cession d'une partie de sa production à la concurrence ne se fera pas en dessous de son coût de revient, soit entre 42 et 45 euros par mégawattheure (MWh).

Partager sur Facebook
Article Précédent :
EPR: GDF Suez se retire du projet de...
Article Suivant :
DMS : les pertes se creusent au...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Consommation   Dollar   Euro   Euros   Gdf suez   Mestrallet   Poweo   Suez   Da  
Sociétés citées dans cette news : Suez (rompus)   Direct Energie   Engie   EDF   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?