Rafale: Dassault baisse son prix selon un journal, le Brésil dément avoir fait son choix | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Rafale: Dassault baisse son prix selon un journal, le Brésil dément avoir fait son choix

Jeudi 04 Fév 2010 à 18:18

L'avionneur Dassault a baissé de deux milliards de dollars, à 6,2 milliards de dollars, le prix de vente de 36 avions Rafale, a affirmé jeudi le quotidien Folha de Sao Paulo, mais le gouvernement brésilien a démenti avoir déjà fait son choix en faveur de l'avion français.

Le Rafale, qui n'a encore jamais été vendu à l'étranger, est en lice avec le F/A-18 Super Hornet de l'Américain Boeing et le Gripen NG du suédois Saab pour fournir 36 avions de combat multi-rôles au géant sud-américain.

Selon le quotidien, qui ne cite pas de sources, la baisse du prix du contrat Rafale - de 8,2 milliards de dollars à 6,2 milliards - a été conclue samedi quand le ministre de la Défense brésilien Nelson Jobim a effectué une courte visite à Paris, en revenant d'un voyage en Israël.

Le secrétaire de l'Economie et des Finances de l'armée de l'air, le général Aprigio Azevedo, s'est rendu à Paris pour participer à la négociation, écrit Folha.

Le journal affirme que le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a tranché en faveur du Rafale.

Le ministre Jobim a démenti cette information, la qualifiant de "sans fondement". "La vente n'est pas décidée. Le processus est en cours au ministère de la Défense", a-t-il dit, cité par l'agence de presse officielle Agencia Brasil.

Plus tôt, interrogé par l'AFP, le ministère de la Défense avait indiqué que le ministre "n'avait pas terminé son rapport qu'il doit présenter au président" Lula.

D'après le quotidien économique Valor, le ministre doit remettre son rapport après le Carnaval, soit dans une quinzaine de jours.

Un porte-parole de Dassault à Paris a également déclaré que, "à ce jour, le gouvernement brésilien n'a pas annoncé son choix". "Nous attendons cette annonce avec sérénité et confiance. Nous restons confiants", a-t-il ajouté.

Le quotidien de Sao Paulo souligne, qu'en dépit de la baisse du prix dont il fait état, le Rafale reste l'avion "le plus cher". La proposition suédoise dans l'appel d'offres était de 4,5 milliards de dollars et l'américaine de 5,7 milliards de dollars. Le Gripen NG toutefois n'est encore qu'un projet.

Lula a exprimé sa préférence pour le Rafale en raison des transferts de technologie promis sans restriction par Paris, pendant une visite en septembre dernier à Brasilia du président français Nicolas Sarkozy. Il a déclaré plusieurs fois que la décision finale serait politique et qu'il aurait le dernier mot.

Le Brésil a conclu avec la France un partenariat stratégique qui s'est déjà traduit par la vente de sous-marins et d'hélicoptères pour un montant d'environ 12 milliards de dollars.

La Folha rappelle que le rapport technique de l'armée de l'air (FAB), remis le mois dernier au ministre de la Défense, plaçait le Rafale en dernière position, en raison du prix plus élevé de l'appareil français.

Mais pour le ministre Jobim, la priorité du gouvernement se fonde d'abord "sur la stratégie nationale de défense et le transfert de technologie".

Le gouvernement fait notamment valoir que les deux rivaux du Rafale - y compris le Gripen qui a des pièces américaines comme l'avionique - peuvent être soumis à des restrictions de transfert de technologie de la part des Etats-Unis, comme ce fut déjà le cas dans le passé.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Nestlé France : Eugenio Minvielle...
Article Suivant :
La valeur du jour à Paris - CGG...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Dollars   Etats unis   Nicolas sarkozy   Sarkozy   Rafale   Dassault   Folha   Paulo   Gripen   Lula   Technologie  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?