Aval définitif des actionnaires au rachat de Fortis Banque par BNP Paribas | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

Aval définitif des actionnaires au rachat de Fortis Banque par BNP Paribas

Mardi 28 Avr 2009 à 16:53

Les actionnaires de Fortis holding réunis aux Pays-Bas ont donné mercredi leur aval définitif au rachat de l'ex-filiale bancaire belge Fortis Banque par le groupe français BNP Paribas en confirmant à 77,65% un premier "oui" voté la veille en Belgique.

Ce feu vert au rachat de 75% de Fortis Banque Belgique, qui inclut 25% des activités d'assurances belges de la holding, conclut sept mois de bras de fer entre la holding et ses actionnaires, qui avaient rejeté en février un accord précédent avec BNP Paribas et multiplié les recours en justice.

Fortis Banque a salué un "nouvel avenir" pour l'entité fusionnée, qui est appelée à devenir "le premier groupe bancaire européen" avec 200.000 clients dans 85 pays et plus de 540 milliards d'euros en dépôts. Sa "vocation principale est de soutenir l'économie réelle", a souligné BNP Paribas.

"C'est le bon choix", a estimé peu après le vote le Premier ministre belge Herman van Rompuy. La Belgique détient les 25% restants de Fortis Banque, nationalisée en octobre 2008.

Certains actionnaires en colère ont néanmoins averti mercredi à Utrecht (centre des Pays-Bas) qu'ils contesteraient la vente devant les tribunaux.

Mardi, les actionnaires réunis à Gand (nord de la Belgique) avaient déjà voté à 73% en faveur du rachat, à l'issue d'une assemblée générale houleuse qui a vu une partie des actionnaires se rebeller avant de claquer la porte.

Le mécontentement était également palpable à Utrecht, même si la grogne n'a pas atteint le désordre de l'assemblée de Gand, où une partie des actionnaires s'était levée pour jeter des documents, et même une chaussure, sur les dirigeants du groupe.

"Je n'ai jamais dit que c'était un deal fantastique", a reconnu mercredi le président du groupe Jozef de Mey. "Je comprends l'émotion" des actionnaires belges, a-t-il ajouté, après qu'un actionnaire lui eut reproché d'avoir "vendu" le patrimoine bancaire belge à la France.

"Nous avons essayé de tirer le plus possible" des négociations avec BNP. "L'accord que nous avons devant nous est à peu près le maximum que nous pouvons obtenir" en temps de crise, a-t-il ajouté.

Environ 300 actionnaires étaient présents à l'assemblée mercredi à Utrecht, mais 26,36% du capital était représenté, dont une majorité par procuration. Ils étaient 3.300 à s'être rendus la veille à Gand.

Depuis son annonce en octobre 2008, la vente de Fortis Banque via l'Etat belge à BNP Paribas est contestée par des actionnaires qui s'estiment floués.

Fortis Holding et Fortis Banque émanent du démantèlement début octobre du bancassureur Fortis, un fleuron de la finance belgo-néerlandaise frappé par la crise et souffrant d'un manque criant de liquidités.

Les actionnaires, dont les titres se sont effondrés en Bourse, avaient, après plusieurs recours en justice, rejeté le 11 février à Bruxelles ce démantèlement, ce qui avait forcé l'Etat belge à renégocier avec BNP.

Un nouvel accord, dont la facture finale devrait s'élever à 10,4 milliards d'euros pour le groupe bancaire français, dont près de 90% de titres, avait été annoncé le 7 mars.

Les activités néerlandaises de Fortis avaient été nationalisées début octobre par l'Etat néerlandais pour 16,8 milliards d'euros.

Après ces cessions, la holding Fortis se réduit à une groupe d'assurances en Belgique, où il est le premier dans ce domaine, et dans 14 autres pays, notamment en Asie.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
USA: l'activité a continué de...
Article Suivant :
Fonds spéculatifs: Bruxelles se...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Crise   Dirigeants   Euros   Belgique   Justice   Gand  
Sociétés citées dans cette news : Fortis   BNP Paribas  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?