CAPGEMINI : Sogeti rachète Euratec | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

CAPGEMINI : Sogeti rachète Euratec

Mercredi 03 Sep 2008 à 18:12

Sogeti High Tech, leader des services d'ingénierie 'R&D' de proximité, membre du Groupe Capgemini, annonce aujourd'hui le rachat de la société Euratec, spécialisée dans les études de conception mécanique dans le secteur ferroviaire. Une acquisition qui permet à Sogeti High Tech de renforcer son positionnement dans le domaine du transport ferroviaire sur le métier de l'ingénierie mécanique, depuis l'élaboration du cahier des charges jusqu'à la conception produit et sa validation, précise le groupe.

Fort d'un effectif de 35 collaborateurs, Euratec offre en effet des services de consulting et d'études en ingénierie mécanique spécialisés dans le secteur ferroviaire qui viennent compléter l'offre technique en ingénierie physique et les capacités industrielles de Sogeti High Tech. Elle bénéficie en outre d'une expertise reconnue dans les études d'aménagement intérieur et de schématiques électriques.

Acteur majeur du conseil en haute technologie, Sogeti High Tech propose un large panel de prestations de conseil, d'études physiques et mécaniques, d'essais et de tests, de développements de logiciels techniques et scientifiques, de contrôle commande. Sogeti High Tech réunit plus de 3 000 experts en France, en Allemagne et en Inde.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

Le groupe, qui a pris le nom de Capgemini le 15 avril 2004, est aujourd'hui l'un des leaders mondiaux du conseil en management et des services informatiques. Présent dans plus de 30 pays, Capgemini propose à ses clients une gamme complète de prestations organisées autour de quatre métiers : le conseil en management, l'intégration de systèmes et applications informatiques, l'infogérance et les services informatiques de proximité. Le groupe a pris le contrôle de Ernst & Young Consulting en 2000, de Transiciel en 2003 et de Kanbay en 2006.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- Le rachat de l'indien Kanbay a permis à Capgemini de prendre une longueur d'avance sur ses concurrents européens dans le domaine de l'offshore. Grâce à cette opération, le groupe a renforcé ses effectifs dans les pays à bas coûts.

- La montée en puissance de l'activité Infogérance aux revenus récurrents devrait protéger Capgemini des retournements de cycle.

- Les investisseurs disposent d'une bonne visibilité sur l'amélioration des marges. En 2008, la marge opérationnelle devrait atteindre 8,5%.

- En Europe, le groupe bénéficie d'une exposition plus diversifiée que ses pairs tant en termes de métiers que géographiques.

Les points faibles de la valeur

- L'acquisition de Kanbay a accru l'exposition de Capgemini au secteur financier américain, qui est affecté par la crise du «subprime ».

- L'activité d'Infogérance monte certes en puissance, mais sa rentabilité n'est pas encore à la hauteur.

- La faiblesse de livre sterling par rapport à l'euro pourrait impacter ses résultats car le groupe réalise environ un quart de ses ventes outre-Manche.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- Comme toute SSII, les budgets informatiques consacrés par les entreprises, l'effectif et les taux d'intercontrats sont des indicateurs importants.

- Capgemini a procédé fin 2006 à l'acquisition de la société indienne Kanbay aux Etats-Unis. Si cette société est indienne de par ses effectifs, elle est surtout américaine par son chiffre d'affaires. Ce rachat augmente donc son exposition à la conjoncture américaine.

- Dans un contexte de pénurie d'informaticiens, l'inflation salariale est à surveiller.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Informatique - SSII

Selon le cabinet d'études Gartner, la société de services informatiques américaine, Accenture, a réalisé l'an dernier une excellente performance en Europe, marquée par une croissance de 18%, plus de trois fois supérieure à celle du marché. En comparaison, ses rivaux ont enregistré des hausses d'activité beaucoup plus limitées : les revenus de Capgemini ont progressé de 8,6%, ceux d'IBM de 6,8%, tandis que ceux de l'allemand T-Systems ont même reculé de 7,6% à la suite du plan de réduction des coûts de Deutsche Telekom. Ces très bons résultats ont permis à Accenture de conquérir la deuxième place sur le marché européen, reléguant ainsi son concurrent Capgemini au troisième rang. Sur le plan mondial, la société américaine a également surperformé le marché avec une croissance de 19,7% l'an passé pour un marché en hausse de 10,5% dans le monde. Néanmoins les cartes vont être prochainement redistribuées sur le marché international des SSII suite à l'annonce, en mai dernier, par Hewlett-Packard de l'acquisition du numéro deux mondial des services informatiques, EDS (Electronic Data System). L'objectif du constructeur informatique est de concurrencer IMB, leader mondial du marché. En fusionnant avec EDS, HP voit, en effet, son chiffre d'affaires dans les services passer de 16,6 milliards de dollars à 38 milliards (de 10,7 à 24,5 milliards d'euros).

Partager sur Facebook
Article Précédent :
SYLIS : résultat net en hausse de 3,7%
Article Suivant :
CREDIT AGRICOLE : recapitalisation de...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Crise   Dollars   Etats unis   Euro   Inflation   Livre sterling   Sogeti   Racha  
Sociétés citées dans cette news : IBM   Deutsche Telekom   Capgemini   IBM  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?