ANALYSE MI-SEANCE AOF FRANCE/EUROPE - Attentisme avant le PIB américain | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

ANALYSE MI-SEANCE AOF FRANCE/EUROPE - Attentisme avant le PIB américain

Jeudi 28 Aoû 2008 à 12:19

Après avoir passé une bonne partie de la matinée dans le rouge, les marchés actions européens évoluent à proximité de l'équilibre. Les investisseurs restent attentistes avant la publication déterminante des chiffres définitifs du PIB américain pour le deuxième trimestre. La séance est également marquée par de très nombreuses publications de résultats d'entreprises, dont ceux d'Essilor qui reste très entouré. A 12h20, l'indice CAC 40 gagne 0,08% à 4376,42 points. L'indice FTSE Eurofirst 80 prend 0,02% à 4240,07 points.

JP Morgan a initié le suivi de Nestlé à Neutre, avec un objectif de cours de 48,40 francs suisses. Le broker indique qu'il s'attend à une revalorisation du secteur de l'agroalimentaire en Europe, grâce à son pricing power qui ne s'est jamais démenti et à la décélération prévisible de l'inflation. De plus, il souligne que les marchés émergents restent performants. JP Morgan précise cependant qu'il préfère Danone au géant suisse.

Accor cède 3,80% à 43,28 euros pour pointer à la dernière place du palmarès du CAC 40. En annonçant le ralentissement de la croissance de ses résultats au deuxième semestre, la direction du groupe hôtelier ne pouvait guère prétendre au plébiscite. Sans surprise, la dégradation de la conjoncture aux Etats-Unis et en Europe contracte la demande hôtelière. Pour amortir le choc, le groupe de Gilles Pélisson s'est fendu d'un plan d'économie de 75 millions d'euros. Espérons pour lui que cela suffise à contenter ses deux "partenaires stratégiques" et principaux actionnaires, Colony et Eurazeo.

Plus forte hausse du srd (+8,83% à 36,13 euros), Essilor a publié des résultats en progression au premier semestre, portés par le succès de ses nouveaux verres photochromiques et antireflet ainsi que par la poursuite des acquisitions. Autre signe fort destiné à rassurer des investisseurs échaudés par un titre en chute de plus de 20% depuis début 2008, le numéro un mondial de l'optique ophtalmique a annoncé qu'il allait racheter pour 230 millions d'euros de ses propres actions, soit 3,3% du capital ou 6,9 millions de titres.

Les chiffres macroéconomiques

Aux Etats-Unis, la nouvelle estimation du PIB pour le deuxième trimestre et les inscriptions hebdomadaires au chômage sont attendus à 14h30.

Sur le marché des changes, l'euro cote 1,4767 face au dollar.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

D'Ibis à Sofitel, de Formule 1 à Mercure : quelques-unes des nombreuses enseignes hôtelières d'Accor, présent sur tous les segments de l'économique au luxe, et qui font du groupe le champion européen et, grâce à son implantation sur le créneau économique aux Etats-Unis, l'un des leaders mondiaux dans ce domaine.

Mais si l'hôtellerie est de loin le premier métier du groupe en termes de revenus, Accor, présent dans 140 pays et fort de 158 000 collaborateurs, est aussi la référence en matière de titres de services (avec les célèbres Tickets Restaurants) se positionne également dans les casinos (participation dans le Groupe Lucien Barrière) et la restauration (Lenôtre).

En 2006, le groupe a décidé de se recentrer sur ses deux métiers en croissance, les Services et l'Hôtellerie. Après la vente, dès 2006, de 50% de Carlson Wagonlit, de Go Voyages et de titres Club Med (il n'en possède plus que 6%), Accor a cédé, en avril 2007, la chaîne hotellière américaine Red Roof Inns pour un montant de 1,32 milliard de dollars. Le groupe a poursuivi en fin d'année la cession de ses participations non stratégiques avec la vente des murs de 47 hôtels en France et de 10 hôtels en Suisse pour 518 millions d'euros.

En fin d'année, 2007, Accor a présenté son projet baptisé « Accor Hospitality » visant à rendre plus profitable son activité Hôtellerie. Le groupe compte notamment accroître ses parts de marché dans le segment milieu de gamme en Europe et accélérer son développement dans l'hôtellerie économique et milieu de gamme sur des marchés émergents comme la Chine.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- L'équilibre des métiers du groupe est un atout. En outre, l'activité de titres de services d'Accor est peu cyclique.

- Accor, présent sur toute la gamme d'hôtels, de l'économique au luxe, dispose d'une forte exposition au segment économique, lequel offre une meilleure capacité de résistance en période difficile. Le groupe a d'ailleurs confirmé l'ouverture de 200 000 chambres nouvelles sur la période 2006-10, dont la moitié sur le segment économique, dans les pays émergents, au Moyen-Orient, en Amérique Latine et dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine).

- Accor a accéléré son programme de cessions d'actifs immobiliers, qui devrait permettre de dégager plusieurs milliards d'euros de cash ces prochaines années.

- Sur le long terme, l'hôtellerie et les services connaissent une tendance favorable, compte tenu de l'augmentation des revenus disponibles et du temps de loisirs.

Les points faibles de la valeur

- La faiblesse du dollar est défavorable au groupe.

- L'hôtellerie étant une industrie à coûts fixes élevés, toute réduction de l'activité se traduit par une forte baisse des résultats.

- Plusieurs chantiers sont encore en cours. Une homogénéisation du parc de la chaîne haut de gamme Sofitel, tout particulièrement en France, est nécessaire. Dans le milieu de gamme et économique, Accor doit relancer les marques Formule 1, Ibis et Novotel.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- Bien que son profil lui offre une bonne capacité de résistance, Accor est une valeur dite cyclique. A ce titre, à l'image de l'ensemble des valeurs du secteur, tout événement susceptible de ralentir la croissance mondiale, et plus particulièrement d'affecter le tourisme (comme les craintes d'attentats), pèse sur les perspectives économiques du secteur, et par ricochet, peut pénaliser le cours de Bourse du titre.

- Parmi les indicateurs sectoriels à suivre, le taux d'occupation des hôtels et le RevPAR (prix multiplié par volume –nuitées-).

- Le renforcement début mai 2008 de Colony et Eurazeo au capital d'Accor devrait conduire le groupe à augmenter sa rentabilité.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Hotellerie et loisirs

En 2007, la France a conservé sa première place de destination touristique mondiale avec 82 millions de visiteurs internationaux, devançant toujours l'Espagne. Parmi eux, 68 millions avaient la France pour destination de leurs vacances tandis que 14 millions ont passé une seule nuit sur notre territoire avant de se rendre dans un autre pays. Néanmoins le fait que les tours opérateurs chinois aient reçu pour ordre de retirer la France de leurs catalogues touristiques risque de peser sur le secteur. 700 000 Chinois se sont rendus en France en 2007 et le nombre de demandes de voyages vers la France à Pékin aurait chuté de près de 70% en juin 2008. Cette décision a été prise dans un contexte de refroidissement des relations diplomatiques franco-chinoises, et peu de temps après l'octroi par la ville de Paris de la citoyenneté d'honneur au dala&*#8249;-lama. Sur le plan international, Marriott, numéro un mondial du secteur hôtelier, subit le ralentissement de la demande américaine sur son activité. Le groupe américain a, en effet, annoncé une révision à la baisse de ses estimations pour le marché mondial de l'hôtellerie au deuxième trimestre. Il attend désormais une croissance de 3% de son activité contre 5% précédemment.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
MORNING MEETING AOF FRANCE / EUROPE -...
Article Suivant :
GROUPAMA : résultat net en repli au...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Cac 40   Cours de bourse   Dollar   Dollars   Etats unis   Euro   Euros   Inflation   Ama  
Sociétés citées dans cette news : Nestlé   Accor   Danone   Eurazeo   Essilor   CAC 40  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?